L'instant X

Tout peut changer en moins d'une seconde.

Juanfran : grand pont, grandes conséquences

with 8 comments

Comment gérer une fin de match quand on n’a qu’un seul but d’avance ? Garder la balle en position offensive ou défensive, la rendre à l’adversaire en espérant tenir derrière, jouer vite pour faire une nouvelle décision … Les solutions sont multiples. Et la philosophie adoptée, rapidement repérable, est mise en évidence sur les coups de pieds arrêtés offensifs. Trop joueuse, l’Espagne s’est perdue à cause de deux erreurs offensives en 22 secondes, le temps qu’il a fallu pour qu’un corner se transforme en but concédé.

 

Un corner à l’envers

Jouer à deux n’est pas forcément une mauvaise solution, mais la mise en application est souvent ratée. La plupart du temps, le joueur protège le ballon et attend que le temps passe, généralement trois ou quatre secondes avant de prendre un coup d’épaule non sanctionné, et perd ainsi le ballon. Complètement idiote, cette stratégie a été renouvelée par l’Espagne. Plutôt que d’attendre, on agit en tentant un dribble qui, s’il passe, aboutira probablement sur le gain d’un nouveau corner ou coup franc et le coup de sifflet final. C’est Cazorla qui s’y colle, avec un grand n’importe quoi à la clé et une passe pour Sissoko.

Mais le vrai souci de la démarche ne tient pas tant dans cette décision que dans le positionnement des autres joueurs. A vrai dire, perdre le ballon en tentant un dribble ou en attendant, ça peut revenir au même. Et, au moins, on ne prend pas le risque de rendre la possession dans l’axe comme cela pourrait être le cas si on tirait le corner directement dans le paquet. Non, ce qui pose problème est l’absence de lien avec ce que font les autres joueurs. Trois dans la surface, deux mobilisés pour l’action, et un légèrement en retrait. Au total, ce sont six hommes qui sont en phase offensive, avec un seul sur la route d’une éventuelle contre-attaque en cas de perte de balle. Un, contre trois Français autour de Cazorla…

 

Le dribble de trop

Le vrai tournant arrive cependant quelques instants plus tard. Mobilisés en défense, les Bleus ne réussissent pas à ressortir le ballon sans le perdre, et Juanfran le récupère très haut. Les solutions à sa disposition sont multiples mais il préfère tenter le grand pont sur Patrice Evra. On a dépassé le temps additionnel depuis huit secondes, aucun milieu espagnol n’est marqué, mais le latéral tente de se payer Evra et d’apporter une dernière fois le danger sur les buts de Lloris. Une vraie volonté de mettre à mal son adversaire, puisqu’il n’arrive même pas lancé mais tente au contraire de dribbler sur une accélération. Présomptueux, et surtout totalement idiot tactiquement, peu importe le moment de la partie.

On peut aussi dessiner la petite ourse avec le milieu de terrain espagnol.

Venue en nombre offensivement, l’Espagne possède en effet six joueurs devant Juanfran, soit autant que de Français. Avec un septième quasiment sur la même ligne et très loin du ballon, plus l’intéressé qui sera d’office battu si son dribble ne passe pas, cela fait huit Espagnols qui ne peuvent plus intervenir directement sur l’action. Supériorité numérique gâchée, et donc infériorité numérique défensive à gérer. Le destin n’est plus entre leurs mains, et une attaque aux démarquages bien négociés aboutit presque inévitablement à un but.

 

Se fondre dans le moule

Ce qui rend la décision de Juanfran encore plus incompréhensible est qu’elle ne colle absolument pas avec la philosophie espagnole. Relativement conservatrice, en témoignent ces rares buts encaissés et nombreuses victoires par une faible marge lors des rencontres à enjeu, elle s’inspire de ce que disait Cruijff, à savoir que le meilleur moyen de défendre est d’avoir la possession du ballon. Pas question de changer sa manière d’agir pour protéger un résultat, seul le nombre de joueurs venant proposer des solutions offensives change. Les passes se font plus latérales, mais le quadrillage du terrain ne bouge jamais. Ce qui a une conséquence évidente : presque aucune contre-attaque à gérer, et des habitudes défensives très loin de celles qui consistent à jouer le hors-jeu ou faire du marquage individuel sur un attaquant isolé. Une double erreur de Sergio Ramos, la seule vraie erreur défensive de l’action d’ailleurs, qui sera la dernière avant le but.

Une question se pose : pourquoi le latéral de l’Atlético Madrid a-t-il tenté ce geste inutile et même inapproprié ? Impossible d’apporter une réponse définitive, mais deux évidences sautent aux yeux. D’abord, la sélection est en pleine confiance depuis quatre ans, et les gestes potentiellement dangereux sont de plus en plus nombreux. Rares sont ceux dont les conséquences sont fâcheuses, mais jouer avec le feu amène tôt ou tard quelques brûlures. Ensuite, Juanfran a très peu d’expérience internationale, et son entrée en jeu n’est liée qu’à la blessure d’Arbeloa, qui a quasiment le même âge et moins de qualités offensives. Alors, toujours en faire plus, pour montrer qu’on mérite sa place dans ce groupe et peut-être mieux, qu’on est digne d’Alba et de ses chevauchées, de Xavi et de ses passes, de Pedro et de sa vitesse ? A trop gagner, on en oublie parfois l’incertitude, et cette variable habituellement rendue prévisible. Cet inconnu qu’on ignore mais qui ne pense qu’en fonction de vous. Ce partenaire qui transforme un toro en match de football. Son nom : l’adversaire.

Publicités

Written by linstantx

17 octobre 2012 à 1604 34

8 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Ivre, il se croit en DH et tente un grand pont dans le temps additionnel alors qu’il n’y a aucune couverture derrière lui.

    Max Bolen

    17 octobre 2012 at 1705 04

  2. […] De l’utilité du grand pont à la 94e sans couverture. […]

    • Excellent article, sauf ceci: « une attaque aux démarquages bien négociés aboutit presque inévitablement à un but. » Non, les buts sont rares en football, même dans des conditions optimales–une attaque aux démarquages bien négociés aboutit bien plus souvent à un but qu’une attaque aux démarquages mal négociés, mais en aucun cas à un but quasi garanti… Petit rappel: en un contre un contre le gardien, les chances de marquer d’un attaquant sont d’environ 30%.

      Fred Graf

      18 octobre 2012 at 505 33

      • Certes, c’est probablement légèrement excessif. Je prends en compte que c’est l’Espagne, équipe pas du tout habituée à défendre ce genre d’actions, et le contexte général qui a rendu le but évident (à mes yeux) dès la perte de balle.

        linstantx

        18 octobre 2012 at 1212 06

  3. la defense centrale aussi a déconné : il y un DC qui met Giroud « en jeu »…et Ribery également sur la passe de siss’ , tandis que l’autre DC jour le hors jeu sur Ribery , en restant loin de lui…on voit sur la vidéo que le lateral et un DC « jouent le hors jeu » sur Ribery … et correctement, pendant que l’autre DC (N°15) se met devant Giroud pour le contrôler , et demande à son compère DC d’aller sur Ribery … quand celui ci a la balle , les 2 qui jouaient lke hors jeu lèvent la main, regardent l’arbitre de touche…et constatent que leur partenaire N°15 met tout le monde en jeu !(lol la panique) .. ils sont trop loin pour récupérer Ribery…
    et là , encore une boulette, le 15 hésite à aller sur Ribery lui couper la route du but, Giroud se « déplace bien » en reculant de 2 pas et prépare sa tête … il est démarqué et peut la placer parfaitement.
    Bref, je peut imaginer que la paire de DC habituellement titulaire aurait mieux géré ça …
    Mais bon … avec toutes ces occas’ ratées c’est mérité .

    les commentaires des espagnoles m’ont stupéfié … en bien , je veux dire, tranquilles et réalistes, pas de boeufs comme j’en entends souvent à la radio française…faudrait peut être que j’aille chercher des commentateurs moins partiaux et plus intelligents…mais c’est une autre question!

    inattendu , mais c'est Bieng !

    19 octobre 2012 at 1402 24

    • La défense s’est bien ratée oui, Sergio Ramos a fait un peu n’importe quoi sur le hors-jeu puis sur le marquage. Tu sens les mecs tellement paniqués qu’ils ne savent pas trop quoi faire. Ribéry voit bien le jeu et Giroud joue parfaitement le coup pour se démarquer.

      linstantx

      21 octobre 2012 at 1402 05

  4. Je n’avais pas fait attention au corner de Cazorla. Il restait encore un peu de temps non ?
    Par contre, le grand pont de Juanfran est pour moi complètement fou. Le temps additionnel est dépassé et il n’a pas besoin de tenter un tel geste. Tant mieux pour la France, mais c’est vrai que c’est une belle erreur de sa part.

    anoriantdaviken

    20 octobre 2012 at 1705 05

    • C’est la continuité de l’action, au moment du corner on vient juste de dépasser le temps additionnel. Si ça se trouve s’il est tiré directement en touche à l’autre bout du terrain ça siffle la fin du match.

      linstantx

      21 octobre 2012 at 1301 59


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :